RACINES... Jan, notre conteur émouvant


Que’m soi lhevat lèu de la taula, Qu’aví de partir tà Bordèu, Shens díser arren, eth que m’espiava, Era que m’a balhat sheis ueus. N’aurèi pas pro de la mia vita, N’aurèi pas pro de cent cançons, Entà’us tornar ua petita Part de çò qui m’an balhat, tots.

Que son los mens, Drets sus la tèrra, Que van tot doç suu caminau, Lo camp laurat que huma encuèra, Que son los mens, los de qui cau.

Ne hèn pas a la loteria, N’atenden pas hèra deu cèu, Sonque dilhèu, combat lo dia, E de poder dromir la nueit. Ne saben pas la grana Història, Qu’aidan los chins a vàder grans E qu’an au hons de la memòria Tots los qui son passats abans.

Ne hartan pas jamei lo monde, Son pas sovent sus lo jornau, Sonque un còp tà viéner au monde, E tà plegar, qu’ei lo dusau. Son aquiu, quan lo temps s’estanca, Au correder de l’espitau, En esperar las daunas blancas, A s’espiar los soliers tròp naus.

La nueit que cad sus Labohèira, Entà Bordèu, jo que me’n vau, Qu’ensaji de boishar lo vèire, Mès n’ei pas suu vèire qui plau. Adishatz donc, tots los de casa, Siatz hardits, ne’n soi pas mei, Que volí díser, en quauquas frasas Çò qui non disetz pas jamei.


Nadau - Los de Qui Cau

--------------------------------------------------------------------------

Je me suis levé tôt de table, Car je devais aller à Bordeaux. Sans rien dire, elle m'a regardé, Elle m'a donné six œufs. Il n'y a pas assez de temps dans toute ma vie, Je n'ai pas plus d'une centaine de chansons, Pour leur rendre une petite Partie de ce qu'ils m'ont tous donné.

Ce sont les miens, Ici même sur terre, Ils vont si doucement sur la route, Le champ labouré est encore fumant, Ce sont les miens, des gens dont on a besoin.

Ils ne jouent pas à la loterie, Ils n'attendent pas grand chose du ciel, Seulement peut-être, pour lutter pendant la journée, Et être capable de dormir la nuit. Ils ne connaissent pas la grande Histoire, Ils aident leurs enfants à devenir grands. Ils ont dans les profondeurs de leur mémoire Tous ceux qui sont partis avant.


Ils ne dérangent jamais personne, Ils ne sont pas souvent dans les journaux, Seulement une fois pour venir au monde, Et une deuxième fois quand ils partent. Ils sont là, quand le temps s'arrête, Dans le couloir de l'hôpital, En attendant les femmes en blanc, A fixer leurs chaussures trop neuves.

La nuit tombe sur Labouheyre, Moi, je vais à Bordeaux. J'essaie de nettoyer le pare-brise, Mais ce n'est pas sur le pare-brise qu'il pleut. Alors au revoir, à tous ceux de la maison, Soyez courageux, je ne suis plus là, Je voulais dire, en quelques phrases, Ce que vous ne dites jamais.



13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout